logo_gepe.psd

Dépliants            Flyers

Né d’expériences communes précédentes entre différentes associations du bassin méditerranéen, le projet GEPE - Genre et Économies Pluri’Elles a démarré en février 2011 et mobilise 5 partenaires : le CIDDEF en Algérie (pilote du projet), l’AMSSF-MC au Maroc, l’UTSS en Tunisie, EACD en Egypte et BATIK International en France. Ce projet prend place sur 3 années, jusqu’en février 2014.
L’analyse faite par les partenaires dans chacun des territoires cités ci-dessus, montre que les clivages existants entre les hommes et les femmes dans les secteurs de l’économie, de la politique, de la santé et de l’éducation dans la Région Moyent-orient/Afrique du Nord sont les plus inégalitaires. Le dernier rapport du Global Gender Gap qui mesure ces clivages, classe en effet cette région au dernier rang sur les secteurs de la participation économique et politique et avant-dernière sur celui de l’accès à l’éducation.
Chacun des pays ciblés par le projet a pourtant ratifié la convention CEDAW des Nations Unies et a inclus dans les documents de stratégie de coopération avec l’Union européenne un volet d’action visant à favoriser l’égalité homme-femme. Cependant, les femmes continuent à souffrir de discrimination dans les domaines clés des droits civils et politiques, économiques et sociaux.

Les objectifs globaux visés par le projet GEPE sont :

  • Les inégalités économiques entre les hommes et les femmes sur les zones d’intervention sont réduites.
  • La représentation des femmes dans les processus de prise de décision au niveau économique est renforcée
  • Les acteurs publics et privés de la vie économique incluent la dimension ‘genre’ dans la définition de leurs stratégies d’intervention
  • Les femmes bénéficiaires du projet investissent le débat du renforcement de leurs besoins

Stratégiques : droits politiques, protection juridique

  • Le pouvoir d’expression et de décision des femmes au sein de leur famille et de leur communauté est accru.
  • Le suivi médical préventif et curatif des enfants des femmes bénéficiaires est amélioré.
  • Les enfants des femmes bénéficiaires sont scolarisés plus longtemps et leurs résultats scolaires sont améliorés.

Les impacts recherchés au travers de ce projet sont donc de 2 ordres:

  • un impact économique engendrant une amélioration durable du niveau de vie des femmes, de leurs enfants et de leur foyer d’une façon générale.
  • un impact en termes d’empowerment pour les femmes bénéficiaires du projet : au travers de la création d’une activité économique, l’objectif est de faire sortir ces femmes de la marginalité dans laquelle elles sont confinées et de leur donner «voix au chapitre » que ce soit dans l’enceinte familiale ou de leur communauté.

En Algérie, l’égalité des droits et des opportunités entre les sexes est admise par la Constitution et les lois fondamentales de l’État : « Les citoyens sont égaux devant la loi sans que puisse prévaloir aucune discrimination pour cause de naissance, de race, de sexe, d’opinion ou toute autre condition ou circonstance personnelle ou sociale ». Divers programmes d’origine privée et publique tentent de promouvoir les droits des femmes et l’égalité homme-femme : le projet UN-INSTRAW/CAWTAR sur «le renforcement du leadership féminin de la participation des femmes à la vie politique et au processus de prise de décision en Algérie, au Maroc et en Tunisie», les observatoires de l’emploi des femmes dans les secteurs de l’énergie et des mines, les programmes nationaux d’accès à l’école pour les groupes défavorisés (et en particulier les filles) et de lutte contre l’analphabétisme féminin, les formations visant à encourager l’esprit d’entreprise chez les femmes et la promotion de la formation professionnelle pour les femmes.

Pourtant les recherches soulignent que les femmes travailleuses sont limitées dans leur participation à la vie économique et sociale par les tâches domestiques, l’absence de crèches et de garderie, le manque de transport, etc. Liée aux mentalités dominantes qui définissent au préalable les rôles sociaux des hommes et des femmes, la discrimination au travail exclut les femmes de la promotion professionnelle dans le milieu de l’entreprise (seulement 33% des cadres sont des femmes). Les filles sont de plus en plus performantes à l’école sans que cela ne se traduise concrètement dans les sphères d’activité professionnelle et de décision.

 

tv2
t31
00681
Nombre visiteurs
Accueil Ciddef
Annuaire statistiques 2013
 

05, Rue Ibn Hazm, Sacré Coeur
ALGER - ALGERIE

Tél/Fax: (213) (0) 23 49 16 58
E-mail: ciddefenfant@yahoo.fr

  RAPPORT SUR LES VIOLENCES FAITES AUX FEMMES EN ALGERIE 2013

violence 2013
 

معرفة حقوق النساء والفال في الجزائر

 استقصاء اتجاه البالغين 18 سنة
أكثر
استقصاء اتجاه المراهقين الذين تتراوح أعمارهم ما بين 14 إلى 17 سنة

Sondage connaissance des droits des femmes et des enfants en arabe
tv3